ne pas vous inscrire, forum test.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 CHARLI/CLEOPATRE.

Aller en bas 
AuteurMessage
Sweet Heart

avatar

Messages : 1957
Date d'inscription : 21/04/2012

MessageSujet: CHARLI/CLEOPATRE.   Jeu 8 Aoû - 20:40


CHARLI & CLEOPATREoublie moi.

When you were here before, couldn't look you in the eye. You're just like an angel, your skin makes me cry. You float like a feather, in a beautiful world. I wish I was special, you're so very special. But I'm a creep, I'm a weirdo. What the hell am I doing here ? I don't belong here. I don't care if it hurts, I want to have control. I want a perfect body. I want a perfect soul. I want you to notice, when I'm not around.

Se reconstruire, il ne faut pas croire : c'est pas aussi facile que ça en a l'air. Loin de là, même. Avoir conscience que vous blessez les gens que vous aimez. Certes, au bout d'un moment, ça passe. Je ne dis pas qu'on oublie, pas du tout. Seulement, on s'habitue. Rien de plus, rien de moins. Dans un sens, elle trouvait le reconfort dans l'assurance de la morale : Cléopâtre avait fait ce qu'il fallait faire pour lui. Elle ne l'avait pas fait de la plus belle des manières, c'est vrai. Autant dire qu'elle était même exécrable. Inutile de s'encombrer d'une mourante, elle n'avait aucun droit d'être égoïste, elle ne pouvait jouer le rôle de la croyante et ignorer la forte probabilité - que dis je ? fatalité ! - qui obscurcirait ses jours futurs. C'était son fardeau, et non le sien. La mort ... Eloignement soudain. Eternel. La mort ne préviendra pas, la mort ne prévient jamais. Pas même dans son cas. Cléopâtre voulait disparaître telle une douce brise, sans laisser sa trace. Enfin, non, pas vraiment. Elle voulait qu'on se souvienne d'elle, mais certainement pas être aimée. La jolie rockeuse aux trente-six tattoos voulaient simplement qu'on se dise " bordel, qu'est ce qu'elle était chiante ". Oui, elle préférait partir de ce monde en endossant le rôle de la pire des trainées et des pestes, que celui de la douce demoiselle partie trop tôt. Elle n'infligerait son absence à personne, c'était décidé.

Pourtant, ce soir là, elle avait bien déconné. La belle égyptienne se rappelait encore de l'intensité de leur contact, des lèvres sur les siennes, de ses mains s'accrochant à sa chevelure dorée, et du sentiment d'embrasement intense. Elle avait l'incroyable culot de se justifier par le biais de feuilles bien rouillées, mais elle savait parfaitement, et ce depuis le début, qu'elle jouait avec le feu. Hors de question que cette histoire se reproduise. Elle aimait draguer, elle aimait la folie, elle aimait l'herbe. Autant l'avouer. Mais pas avec lui, pas comme ça. Elle était capable de faire n'importe quoi avec n'importe qui. Mais certainement pas à une personne comme lui. Il était temps de calmer le jeu avant de perdre le contrôle, et surtout, avant que son cœur lâche. Elle était bien déterminée à ne plus jamais le revoir, à lui briser le cœur à coup de mots, et d'insultes bien placés. Pire encore, faire l'ignorante, la peste par excellence. Il fallait avouer qu'elle n'avait pas toujours un caractère facile, mais le faire ressurgir à l'encontre de Charli était inédit, et surtout, difficile. En rien volontaire, mais nécessaire.

Il était temps de rattraper le coche. Et elle y mettait tout son cœur. A chaque entrevue, sa colère resurgissait. Il lâcherait bien, à un moment donné. Il finirait par s'éloigner d'elle, ne supportant plus de se faire dégager à chaque occasion, et ne tolérant plus cette attitude. Il finirait par l'oublier, se faire d'autres amis, et ainsi allait la vie. Voilà deux semaines que cette fameuse soirée s'était noyée dans l'oubli, du moins, dans celui que Cléopâtre tentait d'imposer. Jamais elle n'avait été aussi longtemps séparée de Charli depuis leur rencontre, un éloignement voulu, qui plus est. De toutes manières, ce soir, aucun risque ne pouvait se présenter, aucune apparition ne pouvait ternir sa volonté. Ce soir, c'était le travail qui primait. Du haut de ses escarpins noirs et cuivrés, ses longues et fines jambes se dandinaient au rythme de la musique, prises au piège dans des collants résilles, volontairement déchirés de part en part, donnant un look rock'n roll et pour le moins affriolant, qui rendait une parfaite harmonie, liées à un





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sweet Heart

avatar

Messages : 1957
Date d'inscription : 21/04/2012

MessageSujet: Re: CHARLI/CLEOPATRE.   Lun 12 Aoû - 17:17